Accueil : Agence Régionale de la Biodiversité - ARBActualitésToutes les actualités Retour sur l’enquête " Effets du confinement sur la (...)

Retour sur l’enquête " Effets du confinement sur la gestion des espaces naturels"

Une enquête destinée à évaluer les effets du confinement sur la gestion des espaces naturels a été lancée en mai dernier. Elle portait sur les aspects organisationnels mis en oeuvre pendant la période de confinement, ainsi que sur les éventuels effets observés sur la gestion ou l’état de conservation des sites.

Au total 22 gestionnaires ont contribué à l’enquête. La moitié des participants sont des gestionnaires de sites Natura 2000,

Résultat enquête Covid- Gestion ENP

La grande majorité des gestionnaires ayant répondu à l’enquête a effectué du télétravail, et plus des deux tiers ont pu réaliser des suivis sur le terrain.
Certains espaces naturels (Natura 2000 ou encore réserves naturelles) ont effectué de nouveaux suivis pour mesurer les changements dus au confinement. A la question « Avez-vous constaté un changement dans la présence et le comportement de la faune sur vos sites ? », sur les 7 gestionnaires ayant mis en place des suivis spécifiques 5 ont constaté des effets positifs.

Pas de surprise, pour ceux ayant constatés des changements positifs, ils sont liés à la quiétude des lieux sur des sites habituellement fréquentés et cela se manifeste par une augmentation des sites de nidification et des effectifs d’oiseaux. En mer, le confinement a profité aux cétacés qui se sont davantage rapprochés des côtes.

La réouverture de l’ensemble des espaces naturels est positive mais n’est pas sans poser des difficultés. A la fin du confinement la fréquentation des milieux naturels a repris de plus belle alors que la nature avait réinvesti les lieux et repris ses droits. La fréquentation des sites étant également associée à une recrudescence des déchets abandonnés.
Pour l’avifaune, les gestionnaires ont observé que certaines populations avaient déserté les sites à la suite de l’arrivée massive des promeneurs.

Pour remédier à cela, les gestionnaires ont mis en défend les zones à enjeux (site de nidification) lorsque cela était possible et/ou maintenu l’interdiction de fréquentation par la prise d’arrêtés municipaux.