Accueil : Agence Régionale de la Biodiversité - ARBActualitésToutes les actualités Un jour, un milieu : les milieux ouverts et semi-ouverts

Un jour, un milieu : les milieux ouverts et semi-ouverts

Un jour, un milieu… Les milieux ouverts et semi ouverts

Les milieux ouverts et semi-ouverts…

On appelle milieux ouverts et semi-ouverts des espaces dans lesquels les arbres sont peu nombreux : milieux agricoles de prairies, vergers et vignes, et milieux de pelouses, landes, maquis ou garrigues. Ces milieux sont largement dominants dans les paysages d’Occitanie, avec une surface couvrant près de la moitié du territoire. Hauts lieux de biodiversité, les milieux ouverts et semi-ouverts abritent de nombreuses espèces animales et végétales.

À basse et moyenne altitudes, ces milieux ont été largement modifiés par les pratiques culturales (vignes, céréales, vergers ou certains élevages) qui, en s’intensifiant, ont eu tendance à réduire la place de la biodiversité (simplification des paysages, utilisation de produits phytosanitaires, etc.). Toutefois, lorsqu’ils sont gérés de manière plus extensive et agroécologique, les milieux agricoles peuvent constituer des habitats d’intérêt.

L’effet de la déprise agricole et de l’abandon pastoral, ou encore du réchauffement climatique, ces habitats laissent progressivement place aux arbustes et aux arbres. Petit à petit, les espèces animales et végétales inféodées aux milieux ouverts régressent au profit d’espèces forestières.

Des initiatives…

Les bords de champs et parfois les parcelles dans leur ensemble recèlent une diversité floristique remarquable, support de services écosystémiques. En plaine, ces milieux hébergent ainsi les plantes messicoles - associées aux cultures de moissons - comme le coquelicot ou le bleuet. Les plantes messicoles et leurs graines nourrissent, par exemple, les oiseaux des plaines et tout un cortège d’auxiliaires des cultures et de pollinisateurs.

Symbole des enjeux de biodiversité dans les espaces agricoles, les plantes messicoles constituent ainsi un patrimoine menacé qu’il est essentiel de préserver.


Poursuivant cet objectif général de préservation des populations de plantes messicoles, le programme Messiflore piloté par le Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi Pyrénées, vise à :

  • Evaluer l’état de la sous trame et son évolution ;
  • Apporter un appui scientifique et technique aux acteurs œuvrant pour son maintien ou sa restauration ;
  • Développer des outils de sensibilisation et de formation pour une approche partagée des enjeux.

Projet appuyé par un certain nombre de partenaires associatifs : Nature en Occitanie, Ana-Conservatoire d’espaces naturels Ariège, l’Association Botanique Gersoise, la Société des Sciences Naturelles du Tarn et Garonne, le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie et l’ADASEA du Gers qui participent à la diffusion et à la bonne mise en œuvre du projet.

Des collaborations avec des chambres d’agriculture, des lycées agricoles, des Fédérations de chasseurs permettent également de travailler en lien direct avec le monde agricole.

Venez à la rencontre de ce milieu lors de La Fête de la Garrigue 2022 qui a lieu le 4 et 5 juin 2022 à Montbazin, l’occasion de découvrir et partager des moments autour de la nature. Retrouvez la programmation complète : ici